Partager avec votre communauté

Invisibles à l’œil nu, ces organismes marins pourraient être la solution idéale pour remplacer les tonnes de pétrole utilisées chaque année lors de la fabrication du bitume.

Vous ne le savez pas encore mais demain, les algues seront partout : dans votre réservoir, vos vêtements, en tant que sac de courses et aussi sous vos roues. Grâce au travail acharné d’un ensemble de partenaires inédits réunissant industriels et chercheurs, le bitume ne sera bientôt plus synonyme de pétrole mais d’algues. Développée entre 2011 et 2014, l’alternative Made in France nommée Algoroute a pris une nouvelle ampleur quand en septembre dernier l’Agence nationale de la recherche a sélectionné le projet pour faire partie du renouveau industriel du pays. Et, quand on voit la fabrication du bitume Algoroute, on comprend l’intérêt pour celui-ci. 

Recette d’un bon bitume vert. N’espérez pas faire une route avec les algues trouvées sur la plage. Ici, on parle de microalgues et non de macroalgues (celles utilisées pour la fabrication de produits cosmétiques aux propriétés miraculeuses). Non content de faire un super baume pour la peau, ces organismes récupérés peuvent être transformés en une pâte visqueuse noire hydrophobe liquéfiée par de l’eau sous pression. Ainsi, cette pâte permet d’agréger des granulats pour créer une belle et écologique route tout droit sortie du laboratoire. 

L’algue miracle. Selon Le Parisien, la première route en algues pourrait être construite en 2020. Un bon espoir pour une décennie plus verte car l’utilisation d’algues lors de la construction de routes est respectueuse de l’environnement. La fabrication ne nécessite aucune terre agricole, ni l’utilisation d’eau douce, ni d’aller creuser aux quatre coins du globe pour récupérer de la matière première.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •