Partager avec votre communauté

A Ronghin (centre-nord), l’éboulement d’une mine d’or artisanale a causé cinq (5) morts . C’est le deuxième éboulement en trois mois, sur des sites d’or artisanale au Burkina Faso.

Cinq personnes ont été tuées, ce mardi 17 décembre 2019, suite à un éboulement sur le site d’orpaillage artisanale de Ronghin. En fait, cette localité située à 6 Km au sud de Kongoussi est réputée pour ces mines artisanales. Fin janvier 2019, des manifestations y avaient éclaté, alors qu’une entreprise avait voulu s’y installer.

«Depuis un certain temps Bissa Gold a commencé à prospecter les sites d’or artisanaux de Ronghin à Sabcé. De Ziningma à Kongoussi, de Bouri à Tikaré, De plus, d’Alga à Bourzanga avec pour intention d’étendre ses activités à ces sites en les dépossédant des orpailleurs traditionnels qui gagnaient leur vie sur lesdits sites.
C’est pourquoi nous tenons à mettre le gouvernement en garde. S’il veut réellement la paix sociale, qu’il n’autorise plus Bissa gold à quitter au-delà de son site actuel.

Depuis que la mine a été implantée au Bam, elle n’a apporté aucun plus valu à la population locale en dehors des problèmes qu’elle nous crée tous les jours.
Si vous arrivez à Kongoussi, vous verrez que la plupart des constructions modernes sont l’œuvre des orpailleurs traditionnels.

Les réalisations socio de base dans la province sont supportées par les mêmes orpailleurs. Bissa Gold n’a rien apporté à cette province. Donc nous nous opposons à ce que leurs activités s’étendent à nos sites, Ousseni Ouédraogo, président provincial du Syndicat national des orpailleurs artisanaux et traditionnels du Burkina (SYNORARTRAB).

5 MORTS ÉBOULEMENT, ÉBOULEMENT SUR LE SITE D’ORPAILLAGE ARTISANALE DE RONGHIN

En trois mois, c’est le deuxième éboulement meurtrier sur l’un de ces sites artisanaux. En effet, une dizaine d’orpailleurs avaient trouvé la mort, mi-octobre 2019, dans un éboulement sur un site minier artisanal dans la localité de Sidéradougou. Dans l’ouest du Burkina Faso à la frontière avec la Côte d’Ivoire.

Selon les chiffres officiels, près de 1,2 million de personnes sont recensées sur les sites d’orpaillage et les éboulements meurtriers sont fréquents. En somme, fin avril 2015, une trentaine de personnes étaient restées bloquées durant plusieurs heures sous les décombres d’une mine artisanale à Djibo, dans le nord du pays, faisant plusieurs morts.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •