Partager avec votre communauté

Le producteur d’or canadien Semafo a annoncé lundi qu’il ne prévoyait pas ouvrir d’ici la fin de l’année sa mine de Boungou, au Burkina Faso, après une attaque contre des employés de l’entreprise qui a fait 39 morts il y a près d’un mois. L’exploitation de la mine est en cours de sécurisation.

« Nous n’anticipons pas reprendre les opérations à Boungou d’ici la fin de l’année », a indiqué le groupe minier dans un communiqué, près d’un mois après l’attaque d’un convoi transportant du personnel, des entrepreneurs et des fournisseurs.

« Tout plan de redémarrage impliquera nécessairement que le gouvernement renforce la sécurité sur la route publique menant à Boungou ainsi que dans la région en général », dans l’est du Burkina, a précisé la direction du groupe siégeant à Montréal.

 

 

JeuneAfrique

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •