Partager avec votre communauté

Le Conseil des ministres du Burkina Faso a autorisé la ratification des récents accords de prêt signés avec la Banque africaine de développement (BAD) pour un montant de plus de 64 millions d’euros. Le financement est destiné au projet d’eau potable et d’assainissement Pepa-mr et au projet de centrale à énergie renouvelable de Yeleen au Burkina Faso.

Afin d’améliorer son approvisionnement en eau potable, en assainissement et en énergies renouvelables, le pays s’est engagé à respecter les termes des deux accords de prêt signés le 21 février 2020 entre son ministre des Finances et la Banque africaine de développement (BAD). Le Conseil des ministres, réuni le 6 mai 2020 à Ouagadougou, a approuvé la signature de ces accords de prêt, dont le montant total est supérieur à 64 millions d’euros.

Il s’agit de l’accord de prêt n ° 2100 1500 42246 pour financer le projet d’eau potable et d’assainissement en milieu rural (Pepa-mr). D’un coût total d’environ 15,2 millions d’euros (près de 10 milliards de francs CFA), le projet vise à faire passer le taux d’accès à l’eau potable des populations des régions Centre-Ouest de 70% en 2018 à 84% en 2022. Le projet vise également à faire passer le taux d’accès à l’assainissement dans la même région de 15% en 2018 à 70% en 2025 et dans la région Centre-Sud de 10% en 2018 à 65% en 2025.

Ce projet, entièrement financé par la BAD, arrive à point nommé. L’accès à l’eau et à l’assainissement est loin derrière au Burkina Faso. En 2015, la proportion de la population rurale desservie par des bornes-fontaines dans ce pays d’Afrique de l’Ouest était d’environ 8,7%. Alors que la proportion de la population rurale desservie par une connexion privée (PB) était estimée à… 0,3%.

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •