Partager avec votre communauté

Vergnet Burkina, une filiale du groupe français Vergnet Hydro et Sagemcom Energy & Telecom, se préparent à connecter cinq mini-centrales solaires photovoltaïques dans les régions du nord et du centre-nord du Burkina Faso. Ils fourniront au moins 120 000 personnes dans cinq villages.

Au Burkina Faso, cinq villages des régions Centre-Nord et Nord seront bientôt connectés à un réseau électrique relativement neutre en carbone, car l’électricité est produite à partir de petites centrales solaires photovoltaïques. Ces installations ont été construites par Vergnet Burkina, filiale du groupe français Vergnet Hydro et par Sagemcom Energy & Telecom, société basée à Rueil-Malmaison, en France. Les cinq mini-centrales solaires photovoltaïques ont été construites dans les villages de Talisma, Saye, Ridimbo, Minima et Noaka. Chaque installation est composée de panneaux solaires et d’onduleurs capables de produire 117,5 kWp. Au total, les cinq centrales sont composées de 1 820 panneaux solaires d’une capacité combinée de 587,5 kWp. L’électricité injectée dans le réseau Sonabel Les équipements pour ce projet de mini centrale solaire ont été fournis par Sagemcom et les travaux ont été réalisés par Vergnet Burkina Faso.

L’électricité produite sera injectée dans le réseau de la Société nationale de l’électricité du Burkina Faso (Sonabel). À compter de novembre 2019, les populations des cinq villages ciblés par le projet recevront de l’électricité via un abonnement à la société Collective Infrastructure Company (Sinco). Selon Vergnet Burkina, «ces installations sont des facteurs authentiques de développement économique. Ils fournissent également un confort supplémentaire à la maison. Ils garantissent une source d’énergie continue pour les usines locales, les ateliers de soudure, la production de glace, etc. »

La construction des cinq mini centrales solaires fait partie du projet d’éco-électrification dynamique dans le nord et le centre-nord du Burkina Faso, dirigé par Sinco, qui a signé un accord de partenariat public-privé (PPP) avec le gouvernement.

Il vise à fournir un total de 12 mini-centrales solaires, dont cinq sont donc destinées à alimenter les populations des villages. Les sept autres usines serviront à alimenter les installations de l’Office national de l’eau et de l’assainissement (Onea). Un projet soutenu par plusieurs partenaires au développement «Ces sept centrales solaires ont une capacité combinée de 2,6 MWp. Ainsi, même à Ouagadougou, en cas de panne d’électricité, les consommateurs n’ont plus de problèmes d’accès à l’eau car il y aura de l’énergie pour pomper de l’eau», a expliqué Yacouba Sanou, directeur général de Collective Infrastructure Company (Sinco) lors du lancement du projet en mai 2018. Le projet d’écoélectrification dynamique dans le nord et le centre-nord du Burkina Faso est soutenu par l’Union européenne par un prêt de 8 millions d’euros. Sinco est également sponsorisé par Onea, l’Agence française de développement (AFD), le Fonds de développement de l’électrification (EDF) et Sonabel.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •