Partager avec votre communauté

La junior canadienne AJN Resources  a abandonné son intention d’acquérir 10% de la mine d’or de Kibali en République démocratique du Congo à la société d’État Minière de Kilo-Moto (SOKIMO), après avoir fait face à une opposition sévère de Barrick Gold  l’exploitant de la mine.

Le deuxième plus grand producteur d’or au monde et AngloGold Ashanti, qui détiennent chacun 45% de Kibali, a déclaré que SOKIMO ne les avait pas consultés ni informés de la transaction, même si elle est contractuellement tenue de le faire.

« En raison de sa diligence raisonnable et des informations complémentaires reçues, ne procédera pas à son acquisition proposée », a déclaré AJN dimanche dans un communiqué .La semaine dernière, Barrick a envoyé à AJN un avis de cesser et de s’abstenir pour bloquer l’achat prévu de la participation dans la plus grande mine d’or du Congo. 

L’explorateur a noté qu’il continuait de faire preuve de diligence raisonnable sur d’autres projets qu’il prévoyait d’acquérir de SOKIMO, à savoir 30% des participations dans Zani-Kodo, Nizi et Kibali Sud, et 35% des participations dans Giro Goldfields et Wanga (Tendao).

Déjà l’une des mines d’or souterraines les plus automatisées au monde, Kibali poursuit son avance technologique avec l’introduction de simulateurs de formation de camions et de foreuses et l’intégration de systèmes de suivi de la sécurité du personnel et de contrôle de la demande de ventilation. Les simulateurs , seront également utilisés pour former les opérateurs des mines tanzaniennes de l’entreprise.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •