Partager avec votre communauté

La République du Congo a mis fin à son contrat avec le mineur australien Sundance Resources pour développer l’énorme gisement de minerai de fer de Mbalam-Nabeba et a accordé trois nouveaux permis à une société relativement inconnue avec le soutien de la Chine.

Dans un décret du 30 novembre signé conjointement par le président Denis Sassou Nguesso et quatre ministres, le gouvernement a invoqué plusieurs raisons pour retirer le contrat du gisement de minerai de fer qui chevauche la République du Congo et le Cameroun, notamment un développement insuffisant et le non-paiement des droits. .

Le mineur australien a commencé ses opérations dans le nord du Congo en 2010 et a investi près de 300 millions de dollars. Sundance a informé le gouvernement qu’il contesterait le retrait après avoir entendu la décision «par des canaux informels» au début du mois, a déclaré le directeur général Giulio Casello par téléphone. L’entreprise a eu du mal à lever des fonds pour le projet car le certificat d’impact environnemental n’a pas été signé, a-t-il déclaré.

En vertu de l’accord actuel, les différends avec le gouvernement doivent être résolus à l’amiable dans les 60 jours, après quoi la société peut porter l’affaire devant un tribunal arbitral de Londres, a déclaré Casello. Il a refusé de dire quelles mesures l’entreprise envisage de prendre.

En 2013, la société chinoise Sichuan Hanlong Group a tenté une prise de contrôle de Sundance pour 1,2 milliard de dollars qui lui aurait donné le contrôle du projet de minerai de fer.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •