Partager avec votre communauté

Le gouvernement ivoirien vient de lancer la construction d’un barrage dans la commune de Koro au nord-ouest de la Côte d’Ivoire. La retenue d’eau sur la rivière Yirima est destinée au développement de l’agriculture dans cette partie du pays.

La commune de Koro disposera bientôt d’un barrage pour ses besoins en eau agricole. Le ministre ivoirien du Budget et du Portefeuille de l’État, Moussa Sanogo, et celui de l’Agriculture et du Développement rural, Kobenan Kouassi Adjoumani ont procédé le samedi 5 septembre 2020 à la pose de la première pierre, marquant le début des travaux de construction de la digue sur la rivière Yirima. Le projet est mis en œuvre par le Bureau national d’études et de développement (BNETD).

La digue aura une longueur de 625 m sur 12 m de hauteur. Les travaux qui s’achèveront d’ici un an coûteront 2 milliards de francs CFA (un peu plus de 3 millions d’euros). « La réalisation de ce barrage permettra d’améliorer les rendements agricoles et in fine, les revenus distribués aux agriculteurs. Sa réalisation s’inscrit donc dans la droite ligne de la seconde phase des actions engagées pour accélérer l’émergence du Bafing », affirme le ministre Moussa Sanogo.

Le barrage hydroagricole de Koro a pour vocation de permettre l’aménagement d’au moins 100 hectares de terres pour la culture du riz et le maraîchage. Plus important, la retenue d’eau permettra le développement de la filière aquacole à travers notamment l’aménagement de 25 étangs piscicoles de 400 m3 chacun. Le barrage fera ainsi de la région du Bafing l’un des bassins de production du poisson en Côte d’Ivoire.

Selon le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani, la digue devrait contribuer à la sécurité alimentaire dans le bassin de la rivière Yirima. Le poisson produit grâce à la retenue d’eau de Koro « ira à Touba, à Odienné et donc vous serez une plateforme à partir de laquelle sera distribué le poisson », a-t-il promis aux populations venues assister au lancement de ce projet hydroagricole.

Jean Marie Takouleu

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •