Partager avec votre communauté

De faux agents de la CIE sont à vos portes, la vigilance est donc de mise. Deux faussaires, qui se faisaient passer pour des contrôleurs de la Compagnie Ivoirienne d’Electricité (CIE) afin d’extorquer de l’argent aux pauvres abonnés, ont été pris par la Gendarmerie sur dénonciation de la Sous-Direction Rendement Distribution de l’entreprise. Ils répondront de leurs actes devant la justice.

Des enquêtes avaient été engagées par la Sous-Direction Rendement Distribution de l’entreprise pour retrouver ces personnes. Au nombre de cinq, ces cancrelats se faisaient passer pour des agents contrôleurs de la CIE, afin d’intimider et extorquer de l’argent aux abonnés. Vêtus en tenue d’agent de terrain ou en tenue militaire, ces malfrats effectuaient des contrôles sur le réseau électrique. Mais le 6 février dernier, après une chasse à l’homme silencieuse, ils ont été repérés à Port Bouët Gonzaqueville, plus précisément au quartier « Éléphant ». Interpellés par la Gendarmerie, 3 d’entre eux ont réussi à s’échapper, les deux autres rattrapés par les limiers.

Les agents de la CIE ont découvert que les faussaires s’apprêtaient à intervenir sur une alerte de fraude donnée, notamment un branchement direct derrière le tableau de comptage N°37213957436 de type inhemeter. Ce raccordement illicite est fait à l’aide de câbles électriques VGE passant derrière le tableau de comptage comme indiqué dans le mémo de la Sous-Direction Rendement Distribution. Par ailleurs les agents habilités à effectuer ce contrôle selon l’article 63 du code de l’électricité, sont les agents dûment assermentés de l’opérateur ou du ministère de tutelle.

Pris sur le fait, l’un des faussaires avouera que « nous avons reçu un signalement selon lequel un revendeur d’électricité piquait directement sur le réseau de la CIE. Nous sommes allés constater afin d’informer la CIE. Nous étions 5, les autres ont fui. La tenue CIE, c’est M. Kpangni qui me l’a donnée. Il est décédé, je ne sais pas où il travaillait » a-t-il reconnu son forfait.

Les faux contrôleurs risquent 36 mois de prison et plus de 5 millions d’amende. La Gendarmerie est activement aux trousses des autres complices, qui ont refusé la « décharge » électrique de la CIE devant les conduire vers la prison.

Photo utilisée à titre d’illustration

Eric Coulibaly

7info.ci

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •