Partager avec votre communauté

Le monde pétrolier a subi de nombreux chocs , mais aucun n’a frappé l’industrie pétrolière  avec la férocité dont nous sommes témoins aujourd’hui.Pendant que  les marchés, les entreprises, les habitants  et les économies entières sont sous le choc des effets de la crise mondiale causée par la pandémie de coronavirus (COVID-19), les prix du pétrole se sont effondrés.

 

Le marché mondial du pétrole est brisé, submergé par un excédent ingérable de pétrole.Les réservoirs terrestres sur de nombreux marchés sont pleins, forçant les commerçants à stocker l’excédent de pétrole dans des supertankers inactifs. Certaines raffineries dans le monde commencent à fermer parce que personne n’a besoin des combustibles qu’elles produisent. À l’heure actuelle, environ 5 millions de barils de pétrole produits dans le monde chaque jour n’atteignent pas des prix suffisamment élevés pour couvrir les coûts de sa sortie du sol (sur la base du brut Brent à 25 USD le baril, avec des variations pour refléter les prix généralement disponibles aux producteurs du monde entier). Ces opérations perdent maintenant de l’argent sur chaque baril qu’elles produisent.

L’une de raisons de cette situation s’expliquerait par une chute accélérée de la consommation . Le monde utilise normalement 100 millions de barils de pétrole par jour, et les commerçants et les analystes estiment qu’un quart de celui-ci a disparu en quelques semaines seulement.

« La demande est clairement coupée, dans certaines parties du monde, de manière très spectaculaire », a déclaré Mike Bloom, PDG de Chevron,

Comme conséquences , on observe  que  l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement du raffinage, du fret et du stockage du pétrole commence à se resserrer. La demande étant inférieure de 20 millions de barils par jour à l’offre.Dans le monde, environ 700 raffineries transforment le pétrole brut en essence, diesel et autres carburants. Ils commencent à ralentir la production et même à fermer définitivement parce que la demande pour le carburant qu’ils produisent est si terrible. En Inde, par exemple, où 1,3 milliard de personnes sont en détention jusqu’à la mi-Avril, la plus grande raffinerie du pays a réduit les taux de traitement de la plupart des usines de 30%.Un petit raffineur en Italie, l’épicentre de l’épidémie de virus en Europe, a fermé ses portes vendredi parce que la demande de carburant a chuté de 85%.

La compagnie pétrolière d’État brésilienne Petrobras a annoncé qu’elle réduirait sa production de 100 000 barils par jour cette année en raison du manque de demande. Au Canada, certains producteurs ont cessé de produire et Glencore Plc., La plus grande maison de négoce de matières premières au monde, a arrêté sa production au Tchad.

Le premier producteur africain de pétrole a toujours du mal à vendre son pétrole brut, car les raffineurs indiens réduisent leur production tandis que les usines européennes envisagent quant à elles de fermer.Les stocks constitués sont historiques et le Bonny Light ainsi que le Qua Iboe, les deux principales qualités de brut du Nigéria sont tombés sous la barre des 10 dollars, comme en Amérique du Nord.

Révisions annoncées des dépenses d’investissement pour 2020 par certaines sociétés pétrolières et gazières ( Source :  IEA )

 

Les compagnies pétrolières ont réagi à l’effondrement des prix en annonçant d’importantes réductions de leurs dépenses de nouvelle production. Les réductions initiales sont de l’ordre de 20 à 35% par rapport aux investissements qu’ils avaient précédemment prévus pour 2020.Cependant nombreux producteurs hésitent à fermer des puits parce que même s’ils perdent de l’argent aux prix d’aujourd’hui, certains flux de trésorerie sont souvent meilleurs que rien du tout .

 

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •