Partager avec votre communauté

L’Égypte a récemment lancé des obligations vertes avec pour objectif de mobiliser le maximum de fonds pour financer ses projets verts. Selon ministre égyptien des Finances Mohamed Maait, le portefeuille d’initiatives vertes du pays s’élève à 1,9 milliard de dollars, soit environ 30 milliards de livres égyptiennes.

Ces obligations vertes sont les premières émises par l’État égyptien au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Le gouvernement a fait appel aux banques Crédit Agricole, CIB et HSBC Holding comme conseillers structurels. Par ailleurs, les banques Citigroup, Crédit Agricole, Deutsche Bank et HSBC ont été engagées comme co-gérants pour l’offre.

Le gouvernement de l’Égypte compte sur cet emprunt émis sur le marché auprès d’investisseurs pour financer des projets contribuant à la transition écologique. Parmi eux figurent des projets d’énergies renouvelables, la mobilité écologique, la gestion durable de l’eau et des eaux usées, la réduction et le contrôle de la pollution.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •