Partager avec votre communauté

Selon les dernières données publiées par GWEC Market Intelligence, la région Afrique et Moyen-Orient a installé 821 MW de nouvelle capacité éolienne en 2020, portant la capacité totale de la région à plus de 7 GW. Bien que cette croissance soit stable pour la région et quasiment aux mêmes niveaux que l’année précédente, malgré l’impact du COVID-19 sur les chaînes d’approvisionnement et l’installation de projets sur les marchés clés, le potentiel de l’énergie éolienne dans la région effleure à peine la surface.

Selon un rapport publié par la SFI , le continent africain dispose à lui seul de plus de 59 000 GW de potentiel de ressources éoliennes techniques – suffisamment pour alimenter 250 fois la demande énergétique du continent. Pourtant, la capacité éolienne installée actuelle en Afrique ne représente que 0,01% de ce potentiel.

Le principal marché moteur de la croissance dans la région est l’Afrique du Sud, qui a installé 515 MW de nouvelle capacité éolienne en 2020. Le Sénégal est arrivé à la deuxième place pour les nouvelles capacités l’an dernier avec une installation de 103 MW, suivi du Maroc (92 MW), de la Jordanie (52 MW). ), L’Iran (45 MW) et l’Égypte (13 MW).

Dans l’ensemble, la capacité éolienne totale de la région est désormais supérieure à 7 GW, ce qui permet d’éviter 10,7 millions de tonnes d’émissions de CO2 par an, ce qui équivaut à retirer 2,3 millions de voitures particulières de la route.

L’Afrique du Sud reste le premier marché éolien de la région avec 2,5 GW de capacité éolienne cumulée installée dans le pays. La croissance continue du marché sud-africain de l’énergie éolienne est principalement due au programme national d’approvisionnement en énergie renouvelable des producteurs d’énergie indépendants (REIPPP), qui a fourni un pipeline de projets à long terme pour l’industrie et attiré des investisseurs.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •