Partager avec votre communauté

Surnommée la Red Sea Drilling Company (RSDC), Djibouti vient de créer sa  nouvelle entreprise  pour le déploiement de l’énergie géothermique. Le pays compte développer  ses réserves géothermiques, mais dispose d’un plan de formation et de renforcement des capacités qui devrait lui permettre de produire un certain nombre d’ingénieurs et de techniciens dans les années à venir, pour l’indépendance énergétique du pays.

On estime que le pays d’Afrique de l’Est détient environ 1000 MW de potentiel de production dans ses sources géothermiques, ce qui est suffisant pour répondre à la demande intérieure avec un surplus supplémentaire, assez pour fournir de l’électricité aux 50% des Djiboutiens qui ne sont toujours pas connectés à réseau national, et pour approvisionner son secteur industriel en pleine croissance et énergivore.

Selon une présentation de la société à laquelle Africa Oil & Power a eu accès, RSDC prévoit en outre de renforcer les capacités de forage de l’eau – dans le but de renforcer la sécurité de l’eau du pays – et, plus tard, d’acquérir des activités de forage minier et pétrolier et gazier. capacités. À moyen terme, le RSDC prévoit de devenir un acteur majeur du forage en Afrique de l’Est en exploitant les marchés éthiopien, somalien et kenyan.

Les premiers investissements dans l’énergie géothermique dans le pays remontent aux années 1970, mais les conflits et la crise économique mondiale ont constamment détourné les plans. Cependant, en 2013, le gouvernement a négocié avec la Banque africaine de développement pour approuver un prêt de 6,83 USD pour l’exploration géothermique autour du lac Assal, la zone la plus prometteuse du pays. Un autre prêt de 14,68 millions de dollars en 2016 et l’approbation finale d’un prêt de 3,22 millions de dollars en mai 2020 ont jeté les bases de la future mise en place d’une centrale géothermique de 20 MW, avec un potentiel d’extension à 50 MW ultérieurement.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •