Partager avec votre communauté

Le gouvernement égyptien a récemment annoncé qu’il fermerait le parc éolien de 30 MW à Zafarana, une région sur la côte égyptienne de la mer Rouge, en 2021, alors que sa durée de vie de 20 ans tire à sa fin.

L’information a été rendue publique le 20 avril 2020 par le ministère égyptien de l’Électricité et des Énergies renouvelables Mohamed Shaker El-Markabi. «La fermeture du parc éolien est susceptible d’affecter la quantité d’énergie renouvelable locale. Cela réduira à son tour la valeur des ressources financières de la NREA, qui est responsable du projet, dans les années à venir », a expliqué Mohamed Shaker El-Markabi.

Pourtant, l’Égypte prévoit d’augmenter sa production d’énergie renouvelable d’ici 2022 pour atteindre 20% de la production totale d’électricité, dont 12% proviendront de l’énergie éolienne, 6% de l’hydroélectricité et 2% de l’énergie solaire. «Nous avons donc anticipé la fermeture du parc éolien en mettant en place des projets pour la période à venir», précise Mohamed Shaker El-Markabi. Zafarana est la deuxième plus grande centrale électrique d’Afrique de l’Est après la ferme Gabal El Zeit, qui produit 580 MW.

Quelques projets réalisés par le gouvernement

La région de Zafarana abrite désormais des turbines, installées entre 2000 et 2010 en huit phases sur 120 km. Ceux-ci produisent 550 MW d’énergie renouvelable, soit un tiers de la production du haut barrage de Nasser. Chaque turbine a une capacité de production comprise entre 500 kW et 2 MW . »La mise en œuvre de ces projets a été entreprise à l’aide de prêts à taux réduit accordés par le Danemark, l’Espagne, le Japon et l’Allemagne. La dernière étape s’est achevée en 2010 avec un prêt danois de plus de 119 millions de dollars (1,88 milliard de livres sterling), la station étant entièrement affiliée à NREA. Il a vendu de l’électricité à un prix moyen de 0,35 livre égyptienne par kW / heure, l’équivalent de 0,02 $ », a déclaré Mohamed Shaker El-Markabi.

De plus, en 2019, la production égyptienne d’énergie solaire a atteint 2,4 milliards de kW / h, contre 3 millions de kW / h en 2018. Cette augmentation fait suite au raccordement au réseau du parc Benban de 1 465 MW à Assouan, au sud de la capitale égyptienne, Le Caire. Cette augmentation de capacité a un coût et fait suite à des investissements de 2 milliards de dollars (près de 31,5 milliards de livres égyptiennes).

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •