Partager avec votre communauté

la semaine dernière , le gouvernement gabonais a signé avec la société franco-britannique Perenco Exploration trois contrats de partage de production qui couvrent les blocs Ezila, Onémbé et Evaro, situés en onshore dans le sous-Bassin Nord précisément dans la province de l’Ogooué Maritime. Ensemble, ces périmètres couvrent une superficie de 5 161 km2. La période exploratoire initiale sur ces blocs est de huit ans.

Il faut noter que l’accord a été paraphé par les ministres du Pétrole et de l’Économie respectivement Vincent de Paul Massassa et Jean Marie Ogandaga. Selon des précisions fournies par le gouvernement, cette entente est le résultat de négociations directes entre les deux parties, conformément aux dispositions du nouveau code des hydrocarbures.

D’ailleurs, depuis sa promulgation en juillet 2019, la nouvelle loi a déjà favorisé l’attribution de 12 périmètres d’exploration à des compagnies du secteur.

En octobre dernier, le gouvernement avait attribué sept nouveaux contrats d’exploration, d’exploitation et de partage de production à Perenco, Assala et Sinopec, dans le bassin ouest de l’Ogooué-Maritime.

Ce nouveau développement démontre l’attractivité retrouvée du bassin sédimentaire gabonais. Il devrait satisfaire l’ensemble des parties prenantes de l’industrie qui, il y a quelques mois encore, doutaient d’un rebond de la production. Celle-ci baissait de plus en plus avec l’arrivée à maturité de nombreux champs dans un contexte réglementaire moins attractif. Le pays a d’ailleurs accueilli très peu d’investissements dans l’amont ces dernières années.

« Cet événement devrait nous rendre plus qu’optimistes, car la traversée du désert s’est arrêtée depuis l’année dernière avec les découvertes enregistrées dans notre bassin sédimentaire. Il s’agit là du fruit d’un effort soutenu de nos partenaires historiques, dont Perenco. Ceci devrait rassurer tous les autres opérateurs en cette période de revalorisation de notre bassin. Cette revalorisation passe également par la mise en vente des 35 blocs dans le cadre du 12ème appel d’offres toujours en cours », a commenté Massassa.

Présent dans le pays depuis 1992, Perenco y est l’un des plus importants producteurs d’hydrocarbures. Il vient ainsi renforcer sa position de leader sur le marché gabonais du pétrole et du gaz, avec des actifs situés dans une région ayant déjà permis la découverte de plusieurs gisements. La production annuelle moyenne de Perenco est de 90 000 barils équivalents pétrole et 50 millions de pieds cubes de gaz naturel.

Olivier de Souza

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •