Partager avec votre communauté

Les travaux à la licence Dussafu Marin au Gabon ont ralenti à la suite de l’épidémie de coronavirus.

BW Energy et Panoro Energy ont réduit de 50% les dépenses prévues pour la licence offshore, avec un «ajustement modeste» de la production attendue.Les efforts visant à limiter la propagation du virus ont conduit à des restrictions de voyage internationales. À ce titre, le puits DTM-7H devrait être retardé, en plus du puits d’exploration subséquent. Le contrat avec Borr Drilling pour la plate-forme prévoit des droits de résiliation dans des «circonstances exceptionnelles», ont noté les sociétés, affirmant qu’elles avaient déjà choisi de ne pas exercer une option pour deux autres puits d’exploration.

Le gréement Borr Norve est sous contrat avec BW Energy jusqu’en juillet 2020.Les partenaires ont également choisi de reporter le développement de la Ruche Phase 1 jusqu’à l’amélioration des conditions.

BW Energy s’attend à des dépenses en capital d’environ 125 millions de dollars cette année, contre 250 millions de dollars. Les investissements de Panoro s’élèveront à 13 millions de dollars nets, en baisse par rapport à l’attente précédente de 21 millions de dollars.

La production des quatre puits existants à Dussafu tourne à environ 20 000 barils par jour brut pour le navire flottant de production, de stockage et de déchargement (FPSO) de BW Adolo. Un cinquième puits devrait être mis en ligne d’ici juin.

La production pour l’année devrait être de 16 000 à 18 500 b / j brut, en baisse de 10% par rapport aux prévisions précédentes. Il était de 11 800 b / j en 2019. Les coûts d’exploitation seront de 15 à 17 dollars le baril, contre 21 dollars le baril pour 2019.

«Nous évaluons en permanence notre programme de forage et l’impact potentiel pour le puits DTM-7H et le puits d’exploration prévu», a déclaré Carl Arnet, PDG de BW Energy. «Nous prenons également des mesures décisives pour réduire les investissements à la lumière de la volatilité et de l’incertitude actuelles du marché, qui, combinées à des initiatives de réduction des coûts à l’échelle de l’entreprise, conserveront la liquidité.»

BW Energy a déclaré qu’elle avait environ 184,5 millions de dollars en espèces à la fin du mois de février et était en pourparlers avec les banques sur une facilité de prêt basée sur les réserves (RBL), d’une valeur initiale de 200 millions de dollars.

Une réponse rapide aux turbulences du secteur pétrolier permet à l’entreprise de «préserver notre puissance de feu», a déclaré Arnet. «Notre production projetée, notre approche de développement progressif avec un temps de cycle court jusqu’au premier pétrole et une discrétion totale des investissements nous permettent de maintenir une période prolongée de bas prix du pétrole. Lorsque les marchés s’améliorent, nous pouvons rapidement ramener nos développements en mode exécution et poursuivre la production. »

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •