Partager avec votre communauté

La minorité au Parlement a haussé les sourcils au sujet du coût de 366 millions de dollars du projet de barrage de Pwalugu de 60 MW en cours de construction par le gouvernement, disant que c’est scandaleux.

« La minorité est farouchement opposée au coût scandaleux du projet, qui selon toutes les normes a été énormément et inconsciemment rembourré », a déclaré jeudi à des journalistes M. Haruna Iddrisu, le chef de la minorité.

«… Le barrage de Pwalugu à 60 MW, qui devrait coûter 336 millions de dollars, est extrêmement exorbitant et inacceptable», a déclaré la minorité.

« Ce que cela signifie, c’est que le coût unitaire du barrage de Pwalugu s’élèvera finalement à 6 millions de dollars par mégawatt », a-t-il expliqué.

En outre, le coût du barrage est très gonflé par rapport au coût de projets similaires à l’intérieur et à l’extérieur du Ghana, a déclaré M. Iddrisu.

«La minorité ne participerait à aucun processus d’approbation du projet car il s’agit d’une arnaque complète», a-t-il déclaré.

Le barrage devrait être exécuté par une entreprise de construction chinoise – Powerchina International Group Limited.

M. Iddrisu a rappelé qu’en novembre de l’année dernière, le président Nana Akufo-Addo a organisé la cérémonie de coupe de gazon pour le projet, au cours de laquelle il a déclaré que les coûts seraient entièrement à la charge du gouvernement.

Cependant, de manière surprenante, la déclaration budgétaire 2020 et la politique économique du gouvernement ne prévoyaient pas de budget pour sa construction.

M. Iddrisu a déclaré peu de temps après avoir déclaré que le projet n’était pas inscrit dans le budget 2020 et a demandé la source de financement, le gouvernement a rapidement présenté l’accord au Parlement pour approbation.

« Encore plus intéressant est le fait que les approbations nécessaires n’avaient pas été obtenues avant la coupe de gazon. »

« La question cruciale est: pourquoi le gouvernement se hâterait-il de commander un projet de barrage alors que l’approbation du contrat n’a pas été donnée? »

M. Iddrisu a déclaré que l’attribution du contrat ne s’est pas faite de manière ouverte et compétitive pour permettre un examen approfondi.

Il a déclaré que la minorité avait noté avec préoccupation le renvoi de l’accord contractuel au Comité des finances au lieu des Mines et de l’Énergie ainsi qu’aux Comités de l’alimentation et de l’agriculture, comme stipulé dans le Règlement.

Il a expliqué que l’accord était un accord contractuel tel qu’il figurait dans le Règlement et ne pouvait pas être examiné par la Commission des finances, qui traitait normalement de l’accord financier conformément à l’article (8) de la Constitution de 1992.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •