Partager avec votre communauté

Les travaux de reconstruction du barrage hydroélectrique de Camacupa, situé sur la rivière Cunje I dans la province de Bié en Angola, vont bientôt reprendre. Ce projet reprend après un arrêt de plus de trois ans pour des raisons financières.

Le gouverneur de Bié, Pereira Alfredo, dans son discours de lancement des travaux du Programme d’Intervention Municipale Intégrée (PIIM) le 29 avril 2020, a indiqué que les travaux de restauration du barrage hydroélectrique de Camacupa sur la rivière Cunje I, située à 82 kilomètres à l’est de la ville de Cuito, dans la province de Bié, redémarrera très prochainement. Cela aura lieu dès que l’état d’urgence en vigueur dans le pays en raison de Covid-19 sera levé.

Le projet de restauration du barrage fait partie du Programme d’Intervention Municipale Intégrée (PIIM). Ce plan permettra entre autres d’améliorer la distribution d’eau potable dans la ville de Camacupa. «Nous allons construire un système de collecte, de traitement et de distribution d’eau potable pour les communautés», explique Pereira Alfredo, gouverneur de Bié.

Les travaux de restauration du barrage hydroélectrique de Cunje I reprennent après une interruption de plus de trois ans faute de financement. L’infrastructure rénovée devrait améliorer l’accès à l’électricité dans la province de Bié. Jusqu’en 1992, le barrage fournissait de l’électricité aux communautés locales de Catabola, Camacupa et Cuito. Il avait été détruit pendant le conflit armé en Angola, laissant les communautés dans l’obscurité et dans des conditions précaires.

Outre le projet de restauration du barrage hydroélectrique de Camacupa, le pays prévoit également de diversifier son mix électrique, largement dominé par les énergies fossiles, dont le pétrole.

Le gouvernement angolais a récemment convenu avec le gouvernement namibien de lancer la construction du barrage de Baynes sur la rivière Cunene, qui sert de frontière naturelle entre l’Angola et la Namibie, en 2021. À cette fin, les ministres de l’énergie des deux pays ont publié un appel d’offres pour sélectionner l’entreprise qui construira le futur barrage et sa centrale hydroélectrique. Le réservoir fonctionnera avec une centrale hydroélectrique qui fournira 600 MW, soit 300 MW par pays. Les installations devraient être opérationnelles en 2025

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •