Partager avec votre communauté

Une communauté autochtone dont les membres appartiennent à la Première nation de Pemón a publié un communiqué rejetant l’ouverture d’un bureau de la Société minière vénézuélienne appartenant à l’État sur leur territoire traditionnel.

«Nous sommes préoccupés par le fait qu’au cours des 20 dernières années de la transition proposée vers une société plus juste et plus démocratique, il a été impossible de déplacer ou de briser l’ élite corrompue et discréditée [qui dirige le pays], qui n’a pas établi canaux de communication avec la plupart des peuples autochtones », lit-on dans la déclaration.

L’OUVERTURE D’UN BUREAU DE LA SOCIÉTÉ MINIÈRE VÉNÉZUÉLIENNE À SANTA ELENA DE UAIRÉN EST CONSIDÉRÉE COMME UN MOYEN DE FORMALISER LES ACTIVITÉS MINIÈRES DANS LES AIRES PROTÉGÉES

Le groupe a rappelé au régime de Nicolás Maduro que tant la Constitution vénézuélienne que la loi sur les peuples et les communautés autochtones établissent qu’un consentement préalable, éclairé et libre est requis avant de commencer tout projet susceptible d’affecter les terres autochtones et leurs ressources. Cela comprend l’exploitation minière et d’autres industries extractives.

L’ouverture du nouveau bureau, qui serait situé à Santa Elena de Uairén – la ville principale qui dessert la zone où se trouve sa communauté -, est considérée par la communauté comme un moyen de promouvoir et de formaliser les activités minières dans les zones protégées telles que le parc national de Canaima.

Il est également perçu comme un moyen de mettre en œuvre des politiques publiques qui favorisent la division entre les différentes communautés autochtones et affaiblissent les structures organisationnelles des Premières Nations vénézuéliennes.

«Ils ne suivent pas les principes du respect de la souveraineté, de la durabilité, de la vision systématique des peuples autochtones, du développement selon des principes écologiques et, en particulier, du respect profond des peuples autochtones», déclare le communiqué. «C’est pourquoi nous exigeons que tous les acteurs et institutions gouvernementales se conforment à ce que stipule la Constitution de la République bolivarienne du Venezuela en matière de consultation préalable, éclairée et libre, dans le respect des critères d’interculturalité, de bonne foi et des temps ancestraux.»

 

Source : Mining.com

 

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •