Partager avec votre communauté

Au cours de la dernière année, toute une série de nouvelles découvertes par des sociétés d’exploration telles que BP, Kosmos Energy et Springfield ont transformé certaines parties de l’Afrique de l’Ouest en une nouvelle terre d’opportunités. La région ouest-africaine comprend les États côtiers de la Mauritanie au nord au Nigeria au sud. Les gouvernements de la région s’attendent à ce que les revenus générés par ces découvertes récentes contribuent à financer leurs ambitions de développement économique.

Il est prévu que de nombreuses découvertes de gaz aideront à remplacer le pétrole comme source de carburant plus durable dans le mix régional. Par exemple, les nouvelles découvertes de gaz offshore au Sénégal pourraient répondre aux besoins en carburant du gaz domestique pour alimenter les centrales électriques du pays. En outre, de tels projets d’énergie gazière côtière pourraient vendre de l’électricité aux marchés des pays voisins, à l’intérieur de la région. Mais les experts de l’industrie s’attendent à ce que le principal marché de ces trouvailles soit destiné aux clients européens de GNL.

Défis

Quant aux défis auxquels sont confrontés les investisseurs pétroliers et gaziers, il s’agit notamment des tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis sur le prix du pétrole. Cela s’ajoute à la concurrence de la production américaine de pétrole et de gaz fracked qui suscite l’intérêt des investisseurs de la région. En outre, les investisseurs sont confrontés aux problèmes persistants de corruption et aux défis d’incertitude politique, réglementaire et sécuritaire liés aux investissements étrangers.

Dernières découvertes

Nous regardons ici deux découvertes récentes dans les eaux de la Mauritanie et du Ghana.

Mauritanie

En octobre 2019, le géant pétrolier britannique BP et ses partenaires Kosmos Energy et NOC ont annoncé un succès majeur avec son puits d’exploration Orca-1 dans la zone offshore de BirAllah en Mauritanie. Les résultats du puits Orca-1 estiment qu’il y a initialement environ 13 TCF (billions de pieds cubes) de gaz en place. Cette récente découverte ainsi que d’autres résultats d’exploration du bloc d’exploration suggèrent que la région de BirAllah pourrait avoir environ 50 TCF de gaz disponibles, ce qui fait du développement d’un projet d’exportation de GNL dans la région une opportunité potentielle viable.

Ghana

Toujours en octobre 2019, la société ghanéenne d’exploration et de production Springfield Group a fait sa première découverte offshore significative dans les eaux ghanéennes. Les estimations actuelles suggèrent que quelque 1,2 milliard de barils de brut sont disponibles pour être exploités. De plus, il y a des quantités viables de gaz associé à exploiter lors de la découverte de Springfield.

Quelques projets récents

Nous examinons ici deux projets en cours dans la région.

Frontière maritime sénégalo-mauritanienne

Sur la frontière maritime mauritanienne sénégalaise, il y a le champ de gaz en eaux profondes Tortue de 3,2 billions de mètres cubes de BP, qui devrait entrer en service en 2022. Le projet produira du gaz à partir d’un système sous-marin et d’un navire flottant de production, de stockage et de déchargement, qui traitera la gaz. Le gaz sera ensuite acheminé vers une installation flottante de gaz naturel liquéfié (FLNG) au hub nearshore situé à la frontière maritime de la Mauritanie et du Sénégal.

Nigeria

Au large des côtes du Nigeria, Shell va de l’avant avec le champ pétrolier et gazier en eau profonde de Bonga South West Aparo (BSWA). Les champs concernés étant situés à environ 120 km du delta du Niger, à une profondeur de 1 000 m, Shell a choisi un FPSO pour accéder à ces ressources. La première phase du projet est en passe d’être chargée. Il comprend la construction d’un nouveau navire FPSO, ainsi que le forage de 20 puits de pétrole et de gaz en eau profonde et l’installation d’une architecture sous-marine connexe. Le champ BSWA, une fois terminé, devrait atteindre un pic de production de 225 000 barils de pétrole par jour d’ici 2022.

Une chose est claire: le gaz produit localement jouera un rôle de plus en plus important dans la volonté de l’Afrique de l’Ouest de répondre à ses besoins de production d’électricité au cours de la prochaine décennie.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •