Partager avec votre communauté

Le gouvernement béninois s’est doté d’une politique nationale de développement des énergies renouvelables, en vue de renforcer l’offre énergétique sur l’ensemble du territoire du pays.

Le secrétaire général du ministère béninois de l’Energie, Jean-Paul Gbodogbé, a estimé que cette politique nationale de développement des énergies renouvelables, validée mardi soir par les acteurs du secteur, va « contribuer au développement énergétique durable du pays à travers la fourniture des services énergétiques basés sur les énergies renouvelables et accessibles au plus grand nombre de la population à moindre coût, tout en favorisant la promotion des activités socioéconomiques du monde rural par une énergie moderne ».

En effet, a-t-il souligné, le marché de l’énergie au Bénin est caractérisé par une consommation prédominante de sources traditionnelles de biomasse, qui comprend le bois de chauffe, le charbon de bois et les résidus agricoles, ainsi que les produits pétroliers.

« Ces dernières années, la part de l’énergie consommée avec la biomasse comme source est passée de 48,2% en 2010 à 50,6% en 2015, tandis que la part des produits pétroliers est passée de 49,4% en 2010 à 46, 7% en 2015 », a-t-il révélé, estimant que l’électricité joue un rôle mineur, mais croissant dans la consommation d’énergie du Bénin (environ 3%), dont la production est largement dépendante des importations en provenance du Nigeria, du Ghana et de la Côte d’Ivoire (76%),

Au même moment, a-t-il poursuivi, le Bénin doit fournir beaucoup d’efforts pour réduire la fracture entre les villes et les campagnes.

« En 2015, 49,7% de la population urbaine étaient connectés à l’énergie électrique, contre seulement 6,3% en zones rurales », a-t-il indiqué.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •