Partager avec votre communauté

 Début du processus de pré-qualification des entreprises locales pour le cycle de licences offshore 2020

La Liberia Petroleum Regulatory Authority (LPRA) est sur le point de lancer son prochain appel d’offres en avril de cette année,  dans le but d’attirer les géants mondiaux du pétrole dans le secteur pétrolier du pays.

Et dans le cadre des efforts visant à faire en sorte que la prochaine offre soit couronnée de succès et plus participative, le gouvernement, par le biais de la LPRA, a commencé à solliciter des manifestations d’intérêt pour la présélection auprès des entreprises libériennes souhaitant participer au prochain cycle de licences offshore du 10 avril au 1er octobre 2020.

Ce processus est conforme à la loi révisée sur le pétrole du Libéria, qui réserve un intérêt obligatoire de 5% dans tous les accords pétroliers aux sociétés naturelles libériennes.

La LPRA a déclaré lundi que les entreprises libériennes souhaitant se pré-qualifier pour le cycle de licences 2020 devraient soumettre une manifestation d’intérêt écrite et fournir les documents requis pour la manifestation d’intérêt du 17 mars au 30 avril 2020.

Le tour d’offre permet à une seule compagnie pétrolière ou à un groupe de compagnies pétrolières de demander un accord de partage de la production dans un environnement compétitif et transparent, leur donnant le droit de rechercher des gisements commerciaux de pétrole.

Selon la LPRA, une liste des sociétés libériennes pré-qualifiées sera soumise à des soumissionnaires internationaux qualifiés pour un éventuel partenariat dans le respect de la loi pétrolière amendée du Libéria.

« Cette décision de la LPRA est une démonstration de l’engagement du gouvernement libérien à garantir que les entreprises libériennes indigènes soient directement impliquées dans le secteur pétrolier du pays », a indiqué le communiqué de la LPRA.

L’Autorité a toutefois souligné que toute entreprise libérienne non préqualifiée ne sera pas autorisée à participer, qu’elle soit indépendante ou en tant que participant à une entreprise commune avec une entreprise internationale.

«Le dossier de candidature doit être soumis au siège social de l’Autorité sur la 18e rue et la manifestation d’intérêt scellée doit être adressée à: La Liberia Petroleum Regulatory Authority (LPRA), à l’attention de Rufus Tarnue, Directeur général adjoint pour les services techniques, 18e Rue, Sinkor, 1000 Monrovia, 10 Liberia », a déclaré l’Autorité.

Il a ajouté: «Les entreprises intéressées sont invitées à postuler individuellement et non en tant que conglomérat ou dans le cadre d’une coentreprise. Les demandes soumises pour un groupe de sociétés ou une coentreprise ne seront pas traitées. Cela n’exclut pas une filiale de postuler et d’inscrire une société mère à l’appui de sa candidature. L’avis de qualification, s’il est approuvé, sera accordé à la seule filiale. Les candidats doivent noter que les frais d’avis de qualification, qui sont de 5 000 $ US, ne sont ni transférables ni remboursables.

L’Autorité a indiqué que les entreprises souhaitant participer devraient soumettre une demande d’informations bancaires à la LPRA via son adresse e-mail ( info@lpra.gov.lr ).

La Liberia Petroleum Regulatory Authority (LPRA) a été créée par une loi de la législature en octobre 2016 à la suite d’un programme de réforme agressif dans le secteur pétrolier lancé en 2010. La réforme a abouti à l’élaboration et à l’approbation de la Politique nationale du pétrole du Libéria, la NOCAL Loi de 2013 et la Loi de réforme du pétrole (exploration et production), 2014.

Pendant ce temps, en tant qu’entité gouvernementale de réglementation indépendante, la LPRA est chargée de mener une évaluation technique des zones à ouvrir pour les opérations pétrolières; superviser et gérer les rondes de soumissions et tous les autres processus associés; conclure des accords pétroliers et surveiller les opérations pétrolières; administrer les droits pétroliers; superviser le stockage des données pétrolières et aider la Liberia Revenue Authority (LRA) à collecter les revenus légaux revenant à l’État en vertu de tous les accords ou licences liés au pétrole.

 

DAILY OBSERVER

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •