Partager avec votre communauté

Le gouvernement rwandais devrait commander une étude sur les possibilités d’utilisation du méthane pour la cuisine. Le plan du gouvernement, qui a été dévoilé lors d’une réunion avec les partenaires du développement mardi, tient au fait que la plupart des Rwandais dépendent toujours du bois-énergie pour la cuisine.

Des responsables du ministère de l’Environnement ont déclaré que cette initiative pourrait contribuer à réduire la dépendance au bois-énergie de 80% à 40% d’ici 2024. La dépendance excessive au bois de chauffage constitue un problème de santé, provoquant des maladies respiratoires dues à la pollution de l’air.

Selon le ministère de la Santé, plus de trois millions de Rwandais souffrent de problèmes respiratoires chaque année, dont 13% sont causés par la pollution de l’air. En 2017, le nombre de décès liés à la mauvaise qualité de l’air a atteint 12 000, selon le ministère. Selon les statistiques, plus de 9 040 décès sur 12 000 étaient imputables à la pollution de l’air intérieur et 2 960 à la pollution de l’air ambiant. Eng. Coletha Ruhamya, Directrice générale de l’Autorité de gestion de l’environnement du Rwanda (REMA), a déclaré que l’exploration des possibilités d’utiliser le méthane pour la cuisson était une intervention opportune. «Nous avons identifié les secteurs dans lesquels les parties prenantes peuvent déployer leurs efforts pour protéger l’environnement et lutter contre le changement climatique. «Le gaz méthane ne fournit pas seulement de l’électricité, il peut également être utilisé à d’autres fins, telles que la cuisine. Mais nous avons besoin d’une étude de faisabilité pour cela et ceux qui peuvent mettre en œuvre le projet », a-t-elle déclaré.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •