Partager avec votre communauté

La pandémie de coronavirus entraînera une «survie des plus aptes» dans le secteur minier de la République démocratique du Congo et déclenchera une augmentation des accords, a déclaré mercredi le président de la Chambre des mines de la RDC.

«Je constate une augmentation des activités de fusions et acquisitions après le 19 mars où les grands acteurs recherchent des opportunités», a déclaré Louis Watum, qui est également directeur général des opérations de la RDC à Ivanhoe Mines, lors d’une table ronde virtuelle.

Boris Kamstra, directeur de Pangea Exploration et directeur exécutif d’Alphamin Resources, qui gère la mine d’étain Bisie dans la région du Nord-Kivu au Congo, a fait écho à cette opinion «Les actions des sociétés minières ont été reconfigurées pratiquement à travers le monde, ce qui offre une barrière à l’entrée légèrement inférieure… donc absolument nos radars sont éteints et (nous) cherchons partout où nous pensons qu’il y a un potentiel» 

Amedeo Anniciello, PDG de Standard Bank DRC, a déclaré que la banque pourrait fournir du capital pour des transactions en partie grâce à son partenariat avec Industrial and Commercial Bank of China (ICBC).

«Grâce à eux, nous disposons d’un énorme couloir de financement sur ce marché», a-t-il déclaré. «Nous sommes en mesure d’attirer des financements pour le secteur minier, en raison de la forte présence d’entités chinoises dans l’environnement minier de la RDC.»

Le Congo possède 24 billions de dollars de valeur en ressources minérales, a ajouté Anniciello.Les entreprises chinoises représentent une grande partie des mineurs de petite et moyenne taille au Congo. Parmi les plus grandes sociétés minières figurent Glencore, China Molybdenum, Barrick, AngloGold Ashanti, MMG Limited, Ivanhoe Mines et Eurasian Resources Group.

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •