Partager avec votre communauté

La coentreprise namibienne de De Beers, Namdeb, a augmenté la production de diamants de 5,8% au premier trimestre par rapport à l’année précédente, selon Anglo American.

L’exploitation minière en Namibie n’a pas été perturbée par la pandémie mondiale de coronavirus au premier trimestre, car le pays n’est entré en verrouillage partiel que le 27 mars, bien que le groupe De Beers ait annulé un événement de vente en raison du verrouillage.

Avant l’épidémie du virus, qui a jusqu’à présent infecté 16 personnes dans la nation africaine peu peuplée, l’exploitation des diamants était présentée comme l’un des moteurs de la reprise économique attendue. Cependant, l’Association des banquiers de Namibie et l’Association économique de Namibie s’attendent maintenant à ce que l’extraction de diamants se contracte de 7,5% ou 700 millions de dollars namibiens en 2020.

De Beers, qui possède également des mines de diamants au Botswana, en Afrique du Sud et au Canada, a produit 7,75 millions de carats au total au premier trimestre 2020, en baisse de 1% d’une année sur l’autre, selon les données.

La majeure partie de la production de Namdeb Holdings au premier trimestre provient de Debmarine Namibia, son exploitation minière en mer, qui a livré 417 000 carats en janvier-mars, en hausse de 15% d’une année sur l’autre et d’un trimestre à l’autre.

Anglo America s’attend à une année difficile pour les diamants dans son dernier rapport de production. »En réponse à l’impact de Covid-19 sur les opérations minières … les prévisions de production ont été révisées à 25-27 millions de carats (de 32 à 34 millions de carats), sous réserve du calendrier et de l’ampleur de la reprise des conditions commerciales », a déclaré Anglo. .

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •