Partager avec votre communauté

Les militants écologistes ont poursuivi le gouvernement du Ghana pour qu’il arrête un projet  minier dans une forêt nationale protégée, ce qui, selon eux, met en danger leur santé et leur bien-être.

Sept groupes de défense locaux et quatre citoyens affirment que l’exploitation minière dans la forêt viole leur droit constitutionnel à un environnement propre et sain et leur droit de le protéger pour les générations futures, a déclaré leur avocat cette semaine.

« La forêt est notre vie », a déclaré Oteng Adjei, responsable de Concerned Citizens of the Atewa Landscape, l’un des groupes impliqués dans l’affaire, qui s’est rendu devant la Haute Cour le 1er juillet, selon des documents consultés par la Fondation Thomson Reuters.

 

Le porte-parole du gouvernement du Ghana n’a pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires, et la société d’État Ghana Integrated Aluminium Development Corporation (GIADEC) a refusé de commenter.

Le président Nana Akufo-Addo a précédemment déclaré que la bauxite peut être extraite sans déranger la faune et le GIADEC a promis que l’industrie croissante de la bauxite créera 35 000 emplois. Cependant Les scientifiques estiment qu’au moins un million d’espèces seront menacées d’extinction au cours des prochaines décennies et les Nations Unies souhaitent que les gouvernements soutiennent les plans de conservation de 30% de la surface de la terre d’ici 2030 lors de sa Convention sur la biodiversité en Chine l’année prochaine.

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •