Partager avec votre communauté

Le gouvernement guinéen a approuvé jeudi un accord de base pour le développement de son projet géant de minerai de fer Simandou par un consortium représentant les intérêts chinois, français et singapouriens, a déclaré à Reuters le ministre des Mines.

Le consortium – qui comprend la Société Minière de Boké (SMB) et le gagnant de Singapour ainsi que les intérêts du gouvernement guinéen – a remporté un appel d’offres de 14 milliards de dollars en novembre dernier pour développer les blocs 1 et 2 du plus grand gisement connu de son genre, détenant plus de 2 milliards tonnes de minerai à haute teneur.

LE CONSORTIUM A REMPORTÉ UN APPEL D’OFFRES DE 14 MILLIARDS DE DOLLARS EN NOVEMBRE DERNIER POUR DÉVELOPPER LES BLOCS 1 ET 2 DU PLUS GRAND GISEMENT CONNU DU GENRE, CONTENANT PLUS DE 2 MILLIARDS DE TONNES DE MINERAI À HAUTE TENEUR.

Mardi, son accord de développement «a été approuvé. Nous allons le signer dans les prochains jours », a déclaré le ministre des Mines Abdoulaye Magassouba sans donner plus de détails.

La nation ouest-africaine a cherché à développer le gisement Simandou pendant des décennies, mais le projet a été embourbé dans des différends juridiques prolongés et les coûts élevés ont freiné les intérêts.

Le gouvernement a demandé aux soumissionnaires de construire un chemin de fer de 650 km (400 miles) et un port en eau profonde pour transporter le minerai du coin sud-est reculé de la Guinée jusqu’à la côte pour l’exportation.

Les investisseurs du consortium relativement peu connu comprennent le producteur d’aluminium chinois Shandong Weiqiao, une unité de China Hongqiao et de Yantai Port Group, ainsi que le gouvernement guinéen.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •