Partager avec votre communauté

Un an après son lancement officiel le 26 juillet 2019, le chantier école de Katiendé, dans le département de Boundiali, a fait un pas de plus dans la poursuite de la formation des artisans miniers. La première promotion du chantier école a, en effet, fait sa sortie officielle le samedi 25 juillet 2020. Cette sortie officielle, marquée par la remise des attestations de fin de formation, a été couplée à la rentrée de la deuxième promotion, qui compte trente impétrants comme la première. La cérémonie s’est tenue sur le site du chantier école, sous la présidence de M. GONBAGUI Gueu George, préfet de la région de la Bagoué, préfet du département de Boundiali, représentant M. Jean Claude Kouassi, Ministre des Mines et de la Géologie. Et ce, en présence de M. Coulibaly Ibrahima, Directeur Général des Mines et de la Géologie.

 

Face aux impétrants, à la population, ainsi qu’aux élus et cadres présents à la cérémonie, M. GONBAGUI Gueu George a remercié le Ministre Jean Claude Kouassi, pour avoir offert l’opportunité du chantier école à la jeunesse de la Bagoué, et ainsi donner le moyen, non seulement de faire émerger des cohortes d’artisans miniers capables d’assurer, dans les règles du métier, l’essor d’un secteur minier artisanal et semi-industriel digne de ce nom, mais aussi de réduire  considérablement l’orpaillage clandestin dans la région. « De cette exploitation maitrisée, l’ensemble de la communauté pourra y trouver une source de revenus confortable, un vivier précieux pour la question préoccupante de l’emploi des jeunes, et une belle opportunité pour l’éclosion de l’esprit d’entreprise », a également assuré le préfet.

Par la voix de leur porte-parole, M. Koné Sêgba, les impétrants de la première promotion du chantier école de Katiendé ont, pour leur part, adressé de vifs remerciements au Ministre des Mines et de la Géologie pour leur avoir permis, à travers la chantier école et leur formation, de sortir de la clandestinité et de tous les trafics illicites en lien avec l’orpaillage clandestin, pour entrer dans la légalité. Ils ont donné l’assurance de faire très bon usage de savoir-faire acquis.

Adopté en Conseil des Ministres le 12 décembre 2018, le projet chantier école vise à dispenser une formation initiale et qualifiante en présentiel et en alternance, aux jeunes ivoiriens en vue de les doter des savoirs et qualifications professionnelles nécessaires pour opérer dans le secteur de la petite mine, en lien avec les potentialités de la Côte d’Ivoire et les exigences environnementales, fiscales et sociales. Il vise également à organiser des formations complémentaires au profit des détenteurs d’autorisations d’exploitation minière artisanale et semi-industrielle en activité, et à promouvoir l’entrepreneuriat et développer la culture d’entreprise chez les jeunes ivoiriens dans le secteur de la petite mine.

A ce jour, six chantiers écoles ont été installés. Le gouvernement entend atteindre dix chantiers écoles avant la fin de cette année, pour la formation d’un millier d’artisans miniers par an.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •