Partager avec votre communauté

Kibali Goldmines a déclaré le 18 avril avoir appris que la Société minière parapublique congolaise de Kilo-Moto (Sokimo) tentait, pour une deuxième fois, d’extorquer certains avantages à l’entreprise en engageant une nouvelle procédure auprès du tribunal de commerce de Kinshasa.

Sokimo est un actionnaire de 10% de la mine d’or de Kibali qui est exploitée par Barrick Gold, qui détient une participation de 45% dans la mine. La participation restante de 45% est détenue par AngloGold Ashanti.Selon Kibali, Sokimo avait retiré sa première réclamation «de ce type» après avoir démontré qu’elle était sans fondement.

Kibali a déclaré qu’elle rejetait la procédure en cours au motif qu’elle était «pareillement fallacieuse et dénuée de fondement et qu’elle demanderait son rejet comme elle l’avait fait pour la revendication précédente». 

Kibali a fonctionné pendant les 12 dernières années dans le cadre d’un accord de coentreprise avec un mécanisme clair de résolution des différends qui, dans ces cas, avait été ignoré par Sokimo, a déclaré la société.

Ces événements font suite à l’intention de Sokimo de vendre sa participation de 10% dans Kibali à AJN Resources junior aurifère cotée à la TSX en février 2019.

À l’époque, Barrick et AngloGold ont indiqué qu’ils allaient intenter une action en justice contre AJN Resources, Barrick faisant valoir que les partenaires de la mine avaient des droits de préemption sur la participation de Sokimo.

Les partenaires ont par la suite accepté de verser les dividendes de Kibali au gouvernement de la République démocratique du Congo plus tôt que prévu initialement.

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •