Partager avec votre communauté

Producteur indépendant d’électricité (IPP) Enel Green Power, filiale du géant italien de l’énergie Enel, recherche un partenaire financier pour reprendre jusqu’à 50% des parts de ses activités africaines dans le domaine des énergies renouvelables.

Producteur indépendant d’électricité (IPP) Enel Green Power, filiale du géant italien de l’énergie Enel, souhaite étendre ses projets d’énergie éolienne et solaire à travers l’Afrique. L’IPP est déjà présent en Afrique du Sud, au Maroc et en Zambie dans le cadre de son expansion internationale. Pour réaliser son important projet, le producteur italien recherche depuis quelques semaines un partenaire financier. Le partenaire reprendrait jusqu’à 50% des activités d’énergies renouvelables d’Enel Green Power. «La recherche d’une entreprise pour former une joint-venture a commencé avant que la pandémie de Covid-19 ne frappe l’économie régionale et se poursuivra malgré tout»,  explique Enel Green Power.

Enel Green Power construit son avenir autour de l’énergie verte. Elle produit déjà 43% de son électricité à partir des sources renouvelables qu’elle possède. Grâce à son futur partenariat, la société prévoit d’augmenter sa capacité d’énergie renouvelable à 60% d’ici 2022.  «Le PPI devrait ajouter jusqu’à 3,6 GW de nouvelles capacités sur les nouveaux marchés et les nouveaux marchés au cours des deux prochaines années, principalement en Afrique et Asie »,  explique Enel Green Power. «Le développement des énergies renouvelables n’a pas ralenti. Si, dans quelques mois, nous avons maîtrisé la situation sanitaire, de nombreux investissements devront être accélérés »,  explique Francesco Starace, PDG d’Enel Green Power.

Enel a actuellement plusieurs projets en cours en Afrique. Par exemple, en novembre 2019, l’IPP a lancé la construction des parcs éoliens de Karusa et Soetwater dans la province du Cap occidental en Afrique du Sud. Ils auront une capacité combinée de 280 MW. Les parcs éoliens de Karusa et Soetwater empêcheront l’émission de 611 000 tonnes de dioxyde de carbone par an dans le pays. Enel prévoit de mettre en service les deux installations en 2021. D’ici là, cependant, elle aura investi plus de 217 millions de dollars, soit l’équivalent de plus de 4 milliards de rands sud-africains.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •