Partager avec votre communauté

Le conseil d’administration du ministère des Mines et des Hydrocarbures (MMH) de la Guinée équatoriale a sélectionné et révélé les principales entreprises susceptibles d’exécuter ses projets phares dans le cadre de son Année de l’Investissement. La décision a été adoptée lors d’une réunion le 19 mars 2020.

À Punta Europa, où se trouvent actuellement la plupart des activités gazières et énergétiques de la Guinée équatoriale, le pays construit une raffinerie modulaire, des réservoirs de stockage et une usine dérivés à partir du méthanol. Les sociétés intéressées par la raffinerie modulaire comprennent la société pétrolière américaine Marathon Oil, un consortium hispano-russe de Selquimica International avec Engineering and Energy et la société britannique Rosslyn Energy. Cette dernière s’intéresse également au développement des réservoirs de stockage, aux côtés de la société britannique Orange Resources Worldwide et de la China Communications Construction Company.

Enfin, le projet Methanol-to-Derivatives a suscité l’intérêt de la société sud-africaine Pan African Energy, de la société nigériane Bugabi Group et de la société danoise de catalyse Haldor Topsoe.

À Kogo, au sud de Bata, le deuxième projet de raffinerie modulaire a suscité l’intérêt de la société égyptienne Petrojet, de la société britannique Rosslyn Energy, du consortium hispano-russe de Selquimica International avec Engineering and Energy et de SDLE International DMCC, basée aux Émirats arabes unis. Pendant ce temps, la société sud-africaine Grindstone Resources et la société omanaise MSS LLC sont toutes deux présélectionnées pour le projet de raffinerie d’or et la Zone industrielle des minéraux.

Bien que l’Année de l’Investissement continue de susciter l’intérêt d’autres acteurs, y compris des entreprises chinoises, ces sociétés sont jusqu’à présent les investisseurs potentiels présélectionnés pour ces projets.

« La Guinée équatoriale a reporté la plupart des conférences sur les investissements dans le cadre de son année d’investissement en 2020 en raison de la pandémie de coronavirus, mais nous continuons à travailler avec notre équipe et nos partenaires pour que tous ces projets commencent le plus tôt possible. Ce sont des projets de développement d’infrastructures historiques qui assureront la croissance durable de notre industrie des hydrocarbures et des minéraux, créeront des emplois et généreront des revenus pour l’État et les citoyens pour les décennies à venir », a commenté S.E. Gabriel Mbaga Obiang Lima, ministre des Mines et des Hydrocarbures.

Source : Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •