Partager avec votre communauté

Un tribunal nigérian a restreint l’accès de Royal Dutch Shell Plc à ses comptes bancaires au Nigeria  afin de la forcer à trouver un accord avec Aiteo Eastern E&P, une entreprise pétrolière locale détenue par le milliardaire nigérian Benedict Peters.

Aiteo Eastern E&P Co. Ltd. demande des milliards de dollars de dommages et intérêts, affirmant que Shell a déformé l’état du pipeline et sous-estimé le volume de brut de l’une de ses installations reçu de la société nigériane, selon des documents judiciaires consultés par Bloomberg. Et réclame plus de 9 milliards de dollars de dommages-intérêts, notamment 1,3 milliard de dollars pour 16 millions de barils perdus, 5 milliards de dollars de dommages généraux, 799 millions de dollars pour couvrir l’achat du NCTL et 933 millions de dollars pour rembourser les réparations du pipeline.

Un tribunal fédéral de Lagos, le centre commercial du Nigeria, a retenu le 15 février une injonction émise à la fin du mois dernier enjoignant à Shell de ne pas retirer les fonds détenus dans 20 banques «« sans avoir au préalable provisionné » près de 2,8 milliards de dollars. Le juge, Oluremi Oguntoyinbo, a ajourné la procédure jusqu’au 24 février.

Pour un porte-parole de Shell, les accusations d’Aiteo sont sans fondement et le gel a été obtenu « sans aucune base valable »

Shell prévoit de rembourser 2,1 millions de barils aux producteurs, y compris SPDC et Total, qui pompent du brut dans le pipeline Trans Niger aux entreprises qui utilisent le NCTL, selon une lettre que la société a envoyée au ministère des ressources pétrolières le 8 février. L’attribution à Aiteo sera de 1 million de barils, la plus grande part provenant d’une joint-venture dirigée par SPDC.

 

 

Source : Bloomberg

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire