Partager avec votre communauté

Une ONG demande à la Cour de justice est-africaine d’exiger la suspension de la production et l’exportation de pétrole brut au Soudan du Sud. Elle espère l’examen de sa plainte contre des compagnies qu’elle accuse d’être responsables de rejets dans des terres agricoles.

Le groupe de défense des droits de l’homme, Hope for Humanity Africa a déposé une plainte auprès de la Cour de justice d’Afrique de l’Est, pour demander une injonction qui empêchera les compagnies pétrolières internationales de produire et d’exporter du brut. L’injonction prévoit également que le gouvernement et certaines compagnies opérant dans le pays versent une compensation de 720 millions de dollars aux communautés touchées par la pollution dans les Etats d’Unity et du Nil supérieur.

Plusieurs rejets et marées noires ont été signalés dans cette région au cours des dernières années. Elles ont notamment fait perdre à des populations agricoles plus de 200 000 m2 de terres cultivables, a expliqué Wani Santino Jada, avocat de Hope for Humanity Africa.

« Il y a eu trop de marées noires au Soudan du Sud et dans ses Etats […]. De vastes étendues de cultures et de pâturages ont été polluées, mettant en danger la vie et les moyens de subsistance de centaines de milliers de personnes. Ce qui se passe est un génocide environnemental » a déclaré Jada.

Les compagnies impliquées que sont la China Petroleum Corp et la Petroliam Nasional Bhd ont refusé de commenter cette affaire.

Pour sa part, Awow Daniel Chuang, sous-secrétaire au ministère du Pétrole a juste indiqué que le gouvernement est au courant de la plainte. Il faut rappeler qu’un audit a été lancé depuis l’année dernière par les autorités pour situer les responsabilités et évaluer les dégâts. Mais depuis, plus rien.

Agence Ecofin

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •