Partager avec votre communauté

Après quatre jours de négociations, l’OPEP, la Russie et ses alliés ont convenu de réductions de production record pour sauver l’industrie pétrolière au milieu d’une crise industrielle majeure exacerbée par la pandémie de coronavirus.

La 10e réunion ministérielle (extraordinaire) de l’OPEP et non-OPEP s’est tenue par vidéoconférence, le dimanche 12 avril 2020, sous la présidence du prince Abdul Aziz Bin Salman , ministre saoudien de l’Énergie, et du coprésident Alexander Novak , ministre de l’Énergie de la Fédération de Russie.

Dimanche, les producteurs ont convenu de réduire collectivement 9,7 millions de barils de pétrole brut par jour pendant deux mois à compter du 1er mai 2020, mettant ainsi fin à la guerre des prix du pétrole, qui a commencé en mars dernier.

Pour la période suivante de six mois, du 1er juillet 2020 au 31 décembre 2020, l’ajustement total convenu sera de 7,7 Mb / j.

Elle sera suivie d’un ajustement de 5,8 Mb / j pour une période de 16 mois, du 1er janvier 2021 au 30 avril 2022.

La base de référence pour le calcul des ajustements est la production de pétrole d’octobre 2018, à l’exception de l’Arabie saoudite et de la Russie, toutes deux avec le même niveau de base de 11,0 mb / j. L’accord sera valable jusqu’au 30 avril 2022, cependant, l’extension de cet accord sera réexaminée en décembre 2021.

Les pays participants se réuniront à nouveau le 10 juin 2020 par vidéoconférence, afin de déterminer d’autres actions, selon les besoins, pour équilibrer le marché.

Initialement annoncé jeudi dernier, l’ accord a été entravé par le refus du Mexique de participer à des réductions au même niveau que les autres. Au lieu des 400 000 barils demandés par jour, le Mexique a insisté sur le fait qu’il ne pouvait réduire sa production que de 100 000 barils par jour en raison de difficultés financières au sein de sa compagnie pétrolière nationale Pemex.

L’accord original de l’OPEP + aurait entraîné une réduction de 10 millions de barils de brut par jour par rapport à la référence d’octobre 2018, pour une période initiale de deux mois. L’OPEP + laissant le Mexique décrocher, la réduction officielle de l’OPEP + s’élève désormais à 9,7 millions de barils, le Mexique acceptant de couper 100 000 barils par jour au lieu de 400 000 barils par jour.

En réalité, cependant, l’accord OPEP + réduira plus que les 9,7 millions de barils cités, car les niveaux de production actuels sont beaucoup plus élevés que les niveaux de référence d’octobre 2018 utilisés pour calculer les réductions de production.

L’accord voit la Russie et l’Arabie saoudite absorber le plus gros des coupes, chacune acceptant de réduire sa production à 8,5 millions de barils par jour. La production de l’Arabie saoudite s’élevait à 12,3 millions de barils par jour, et la Russie produisait 11,29 millions de barils de pétrole par jour en mars. Les deux pays ont cependant utilisé 11 millions de barils par jour comme référence dans l’accord.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •