Partager avec votre communauté

Le gouvernement ivoirien veut relancer la coopération avec les pays voisins comme le Mali, le Burkina Faso et le Ghana afin de venir à bout de l’orpaillage clandestin. C’est ce qu’a déclaré la semaine dernière, le ministre des Mines et de la Géologie Jean-Claude Kouassi à Bozi, dans le centre ouest de la Côte d’Ivoire.

Il a indiqué que l’ambition du gouvernement est « d’offrir des perspectives nouvelles et de réelles opportunités au secteur de la petite mine » dans le pays. Mutualiser et partager les expériences avec les nations voisines pour la lutte contre l’orpaillage, complèteraient ainsi les premières initiatives de l’Etat sur la question. Il faut rappeler que ce dernier avait déjà lancé un projet chantier-école dans le secteur de la petite mine pour former des hommes et femmes à l’exploitation minière artisanale légale.

En plus des risques de violation des droits humains, l’orpaillage fait perdre des milliards de dollars aux pays ouest-africains. Selon un rapport de l’OCDE paru en 2018, la production aurifère artisanale et à petite-échelle cumulée du Mali, du Burkina Faso et du Niger serait d’environ 50 tonnes par an, la majeure partie étant exportée illégalement. Ces pays auxquels s’ajoutent la Côte d’Ivoire et le Ghana échouent depuis plusieurs années à contrôler le secteur malgré les efforts dans ce sens.

Source : Agence Ecofin

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •